438 589 visites 3 visiteurs

A l'ASSOA, les filles ça cartonne !

18 octobre 2018 - 18:22

Près de deux  ans après sa création, la section féminine est en train de prendre une part importante au sein du club de l'ASSOA. En effet, alors qu'il n'y avait qu'une équipe U16 composée d'une douzaine  de filles en 2016-2017, elles sont aujourd'hui près de 100 réparties sur toutes les catégories du club, ce qui représente une augmentation de près de 800 %. Un chiffre très significatif dans une année charnière ou la France organisera sa Coupe du Monde cet été mais un travail également reconnu par les Instances puisque le club de l'ASSOA a obtenu en juin dernier le Label de Bronze de la Ligue de Paris.   Pour atteindre cet objectif, la direction du club a mis en place un binôme composé de l'ex joueuse de Ligue 1 Karine Ollier passée notamment par le Paris Saint-Germain, Le Parisis, l'AS Vexins, accompagnée de Jamal Belouahrani salarié du club. Un binôme qui fonctionne parfaitement comme le souligne Jamal Belouahrani dans cet entretien :

-Bonjour Jamal, comment est né ce succès auprès des féminines ?

- Bonjour à tous et à toutes, il y a eu une volonté du président Toufik Moukrim de développer sérieusement la filière du football féminin au sein de la ville, il m'a associé avec  Karine Ollier pour développer cette mission  au sein du club. A deux, nous avons travaillé bien soutenu par la direction pour mettre en place une organisation qui permet à toutes les filles de trouver une réponse à leur besoin. Karine a amené son expérience du haut niveau français qui n'est pas négligeable et une touche féminine ce qui est également très important. Travailler à deux comme cela c'est vraiment intéressant, chacun apporte sa pierre à l'édifice. L'objectif, c'est de sensibiliser un maximum de filles à nous rejoindre et de proposer des entrainements de qualité et de les  fidéliser au mieux. Sur les 28 filles que l'on avait l'an passé en Seniors, toutes ont re-signées.

 - Combien de licenciées y a t il aujourd'hui ?

- Il y a aujourd'hui près de 100 féminines des catégories U6-U9 à la catégorie Seniors ou il y a une trentaine de filles. On aimerait passer au plus vite la barre des 100 avec l'envie de constituer des équipes à 11 également en U16 et en U19 mais également réaliser un gros travail sur la formation pour préparer nos futures U16 avec des filles formées au club.

 - Au niveau de l'encadrement, il y a également beaucoup de filles ?

- Effectivement,  Helia Hanany, Sarah Mekhloufi, Kessy Pradel, Laura Theveniot, Katia Belarbi  qui sont des joueuses Seniors encadrent les catégories U6 à U13, Amad Traoré, joueur U19 et éducateur diplômé s'occupe de la section U16 et Taha Rochdi qui a une licence Staps s'occupe des U19. Au niveau des entrainements, les filles de U10 à U13 ont deux séances par semaine, les U16 ont 2 séances plus le match comme les U19 qui s'entrainent avec les Seniors.

 - Pour conclure, vous jouez Samedi, le 3e tour de la coupe de France, une première pour le club, un mot sur ce match ?

- Après avoir battu Vincennes, qui évolue en Régional 3 ( une division au dessus de l'ASSOA), nous affrontons Joinville qui vient de créer sa section cette année et qui est composée essentiellement de joueuses qui évoluaient au PUC la saison passée et avec  à sa tête Julien Guilabert qui était mon entraineur à Jouy-Le-Moutier en U13 et en Seniors. Ce sera donc un match particulier pour moi. On a confiance en notre groupe pour passer encore un tour et ce ne sera que du bonus. On s'était fixé un challenge avec Yacine Guesmia ( coach des Féminines d'Issy et membre du staff de l'ASSOA), c'était de se rejoindre au premier tour fédéral, il nous reste plus que 2 tours même si notre priorité reste le championnat.

 Toufik Moukrim le président de l'ASSOA revient également sur ce succès : " Quand nous avons mis en place le projet du club, il était inconcevable pour nous de développer le club sans intégrer un pôle féminin. Avec Karine et Jamel, nous commençons à récolter le fruit de notre travail avec des équipes engagées dans chaque catégories. Le chemin ne s'arrête pas là il faut encore doubler l'effectif d'ici 2020 sans omettre la qualité de l'encadrement. Notre volonté ne s'arrête pas aux joueuses, nous nous efforçons à intégrer des filles  dans l'encadrement technique du club, l'arbitrage et d'autres responsabilités importantes du club." 

Commentaires